Japon 2011 #7 – Ishigakijima

Ce matin avec Mii-chan on est restées à la guest house, regardant la télé et en jouant avec Anna-chan : le jeu du jour consistait à faire chauffer des beni imo (pommes de terres sucrées et violettes) et de nourrir Anna-chan qui après me soufflait sur la main pour me montrer comment c’était chaud.
Bref une petite matinée comme en famille.

Aéroport d'Ishigakijima
Aéroport d’Ishigakijima

A 11h, direction l’aéroport où Mii-chan embarquera tout de suite. J’avais une heure à tuer alors j’ai regardé les boutiques de souvenirs mais rien ne me tentait. Et comme je rentrait dans plus de 2 semaines, acheter des gâteaux me semblait impossible (une chose à savoir : les dates de péremption ne vont pas loin au Japon).

A 13h, j’ai embarqué dans le plus petit avion que je n’ai jamais pris. Il y avait 12 rangées de 3 places… l’avion avait même des hélices. Le vol ne dure que 35 minutes mais il a paru durer que 15 minutes.
Me voici donc à 石垣島 (Ishigakijima), petite île de moins de 50 000 habitants perdue entre Taiwan et le Japon, plus au sud encore que Miyako.
A l’aéroport d’Ishigaki, j’ai là aussi guetté la pancarte de ma guest-house mais rien à l’horizon.
J’attends, je scrute les panneaux, les voitures dans l’espoir de les voir arriver.
Commençant  à avoir un mauvais pressentiment, je pars demander les horaires de bus et des docs de l’île… J’attends… Je téléphone 1 fois, 2 fois 15 fois, personne ne répond.
Entre temps, je discute avec une femme qui vient tous les 15 jours à Ishigaki. Mais plus stressée par cette guest-house, je n’ai qu’une envie : qu’elle me fiche la paix.
A 16h, après une attente de 2h30, j’abandonne l’idée qu’ils viennent me chercher et je pars téléphoner  à un autre hôtel, trouvé dans les brochures, pour réserver. Remontée contre eux, il n’était pas question que j’aille à cette guest-house.
Depuis mon nouvel hôtel, je leur ai envoyé un mail dans la soirée (en japonais) en disant que j’étais contrariée et que bien sûr je ne payerais pas les frais d’annulation et là surprise ; une réponse !
« Sorry, I forgot you. Where are you now, I am coming to pick up you ».
venir me chercher à 22h ? C’est un peu tard pour se réveiller : ce n’est absolument pas sérieux et professionnel.

BREF.

Du coup j’ai logé dans le centre ville à 2 pas des ferrys et des commerces. Je ne verrais pas la superbe baie de Kabira mais j’espère revenir ici un jour ou l’autre.
Ishigaki-shi (la ville d’Ishigaki) est  très agréable et plus animée que Hirara à Miyakojima. Ici, les rues sont bordées d’hibiscus jaunes.

Ishigakijima

Hibiscus, Ishigakijima
Hibiscus jaunes

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s