Être française au Japon

Être française au Japon c’est faire face à tout un tas d’idées reçues. Depuis que j’ai posé le pied à Fukuoka, ma vie a complètement changé. Contrairement à Tokyô ou Kyôto, il n’y a que très peu de touristes français et encore moins de résidents. Ici, on recense plutôt chinois, taïwanais et autres personnes venues de pays d’Asie du sud-est ce qui rend le fait d’être française encore plus exotique et inattendu que dans d’autres grandes villes du Japon.

Béné no Fukuoka ! - une française au Japon

ARE YOU AMERICAN ?

Au Japon, l’occidental est souvent pris pour un américain. D’ailleurs, dans les lieux touristiques il n’est pas rare que l’on vous adresse la parole en anglais, chose horripilante pour toute personne parlant/apprenant le japonais (laissez-nous utiliser votre langue !). Dans ces moments-là, j’avais coutume de répondre en japonais : « Je suis navrée, je ne parle pas anglais » (ouh la menteuse). J’utilise volontairement le passé car à Fukuoka, on ne m’a jamais parlé en anglais. Il faut dire qu’ici peu de choses sont adaptées aux anglophones. Les lignes de bus, par exemple, ne sont pas ou peu retranscrites en alphabet. Je me demande d’ailleurs comment font les personnes ne parlant pas japonais ici (usage exclusif du métro ?).

UNE VRAIE COQUELUCHE

Les français au Japon ont la plupart du temps un grand succès. Lorsque l’on vous demande dochira kara desu ka ? (d’où venez-vous ?) c’est d’un air peu intéressé, persuadé que la réponse sera America (États-Unis). Mais lorsque le mot France est prononcé, tout de suite l’attitude change, l’œil étincelle et on est tout de suite placé sur un autre niveau, comme sur un mini piédestal. Je me souviens d’un épisode à Hiroshima où ça s’est passé exactement comme cela : en visite pour 2 jours, ma maman et moi sommes allées manger un okonomiyaki dans un restaurant proche de notre hôtel. L’accueil a été super froid jusqu’à ce qu’on nous pose la fameuse question. A partir du moment où le staff a su que nous étions françaises, nous sommes devenues les coqueluches de l’établissement.

Le kiri est populaire au Japon

 Le kiri français a aussi la côte !

OSHIETE ! (APPRENDS-MOI)

Ce n’est pas spécifique aux japonais mais il ne s’est pas passé une seule fois, qu’une fois ayant précisé ma nationalité, on me demande de dire quelque chose en français. C’est assez embarrassant d’autant que je ne sais jamais quoi dire. Du coup je me présente : nom, âge et ville d’origine. Mais les mots ont peu d’importance : j’aurais pu raconter n’importe quoi que mon interlocuteur se serait écrié sugooooooi (super) à peine les premiers mots prononcés. Lorsque mes collègues m’ont entendu dire « nous prenons le métro » ils étaient en extase « Ca fait tellement français !!« .
Après s’être extasié une bonne dizaine de minutes, on passe à la phase numéro deux : « apprends-moi quelques mots de français« . Et là c’est le drame ! Apprendre quelques mots à quelqu’un qui manifestement a demandé ça plus par politesse que par intérêt et que tout cela sera oublié 10 minutes plus tard, c’est pas ce que je préfère. Mais je m’efforce toujours d’exécuter ça avec le sourire même si des fois je me venge en enseignant des mots comme anticonstitutionnellement. « Oui c’est un mot très courant, il faut absolument l’apprendre, c’est la base« .

Apprendre le français aux japonais, Fukuoka
Petit cours de français – Aso College Group – Fukuoka
LA PETITE POUPÉE FRANÇAISE

Les furansu ningyô (フランス人形, poupée à la française) désignent ces poupées de porcelaines, cheveux bouclés en anglaises et portant d’élégantes robes. Une française ressemblera quoi qu’il arrive à une poupée. De plus, quoi qu’elle porte, elle sera toujours oshare (おしゃれ, élégante). Même si elle est en vieux jogging, elle le portera avec élégance et style. Dans mon cas, j’ai de longs cheveux châtains clair et ondulés, la peau très blanche et d’assez longs cils ce qui fait que le surnom de poupée française ne me lâche pas. Ce n’est pas désagréable cela dit.

MOI AUSSI JE CONNAIS LA FRANCE
Quand on dit que l’on est français, il y a toujours une anecdote de la part de chacun : mon agent immobilier qui me parle de ses études de français à l’université (« je ne me souviens de rien, la prononciation est tellement difficile« ), mon professeur principal qui est allé en France lors de son voyage de noces où la dame qui vend les bentôs au pied de l’école qui a son fils qui est en échange à Paris. Quant ce n’est pas le grand directeur de mon ancienne école (qui n’est d’autre que Aso Yutaka, le frère de l’ex-premier ministre japonais pour la petite histoire) qui m’a confié être le seul de sa famille à avoir du sang français ! En effet, il a eu un grave accident de la route en France et a du avoir recours à une transfusion sanguine dans notre pays.
Tenjin Parco, FukuokaCarte approximative du sud de la France – Parco Tenjin – Fukuoka

 

POURQUOI FUKUOKA ?

Comme je le disais en début d’article, les français à Fukuoka ne courent pas les rues. C’est donc naturellement qu’on me demande souvent pourquoi j’ai choisi Fukuoka au lieu de Tôkyô ou Kyôto (pour tout savoir sur mon parcours, c’est par ici). On me parle aussi souvent de l’éloignement de la France par rapport au Japon et on me remercie d’un grand sourire d’avoir choisi Fukuoka. C’est plutôt à moi d’être reconnaissante !

LES CLICHÉS ONT LA VIE DURE

Paris ville romantique où tout le monde est à la pointe de la mode et a un sac Vuitton, régime quotidien basé sur le pain, la France qui se résume à Paris, au Mont Saint-Michel et à la Provence, faire le marché avec un panier en osier et j’en passe. Vous (comme moi) n’échapperez pas aux clichés des japonais sur la France et les français. Et Dieu sait qu’ils sont nombreux !
Au début j’avais l’habitude de rétablir la vérité assez crument mais maintenant j’ai plus tendance à rectifier en douceur en laissant une part à l’imaginaire. Car après tout, qu’y a t-il de mieux qu’un peu de rêve ?

Les français de Fukuoka sont de vrais chanceux car la ville est agréable et les habitants chaleureux et adorables. J’espère, à travers ce blog, vous donner envie de vous rendre à votre tour dans mon petit bout du sud du Japon.

Publicités

64 réflexions sur “Être française au Japon

  1. Salut, avec une amie on aimerait aller au Japon plus tard (parce qu'on est encore mineures) genre à Kyoto, Tokyo et d'autres villes. On voulait savoir à quel âge c'est le mieux d'y aller, à ton avis? Et aussi si on doit obligatoirement parler Japonais ou si on peut se débrouiller sans? Parce que c'est vachement éloigné de la langue Française le Japonais. Enfin voila quoi, en tout cas ton blog et super et ton article était bien expliqué! j'espère que tu répondras à mes questions. Bonne soirée !

    J'aime

  2. Bonjour j'adore ton article, depuis que je lis de plus en plus d'article sur le japon j'ai une de ses envie d'y aller 🙂 . J'ai bien rigolé quand tu as dit anticonstitutionnellement , je me suis demandé comment les japonais l'auraient prononcé et sur le coup je me suis mise a rire . J'adore le style de vie japonais plus tard j'aimerai y aller . J'ai lu dans un autre article au au japon il n'y avait que deux « filière » au lycée : la filière scientifique et littéraire se qui m'a étonné et je me demander si tu as déjà était étudier dans un lycée japonais si oui comment c'est ?

    J'aime

  3. mon rêve c'est d'aller un jour au Japon et du coup j'adore ton article ,on y apprend pas mal de petits trucs sympas à savoir quand on y va
    Du coup ça me donne envie de bosser dure pour avoir le plaisir de voir ce magnifique pays ….(et essayer de leur apprendre le mot le « plus » utiliser de la langue française: « anticonstitutionnellement » ;D)

    J'aime

  4. Excellent article, surtout pour anticonstitutionnellement haha. Je suis toujours avec le sourire au lèvres lorsque je vois des articles comme ça mais j'ai une question, les belges ou les suisses ont-ils une images particulière? Etant donné qu'on y parle le français dans une partie du pays toussa ou c'est uniquement la personne venant de France qui est une « star »?

    J'aime

  5. Merci à béné et « lejaponautrement » pour les infos et anecdotes tirées de vos vécus! Je ne connais presque rien du Japon, mais suis curieuse et passant par là en allant m'installer en Janvier en Nouvelle Calédonie, j'ai décidé de m'y arrêter une semaine. Je voyage seule, avec un anglais très léger… Si cela ne vous dérange pas trop, je serais très contente d'avoir quelques conseils; logement, lieux à voir,… ou même de vous rencontrer,…

    J'aime

  6. Bonjour !
    j'ai découvert ton blog en naviguant sur la toile et je ne regrette pas le clique ^^ merci de partager ton expérience avec nous.
    D'après ce que je lis ici et là, et même dans ton article, les Français ont la « côte » (ou du moins ne doivent pas batailler contre des préjugés négatifs) et apparemment d'après ton commentaire la Provence aussi.
    Ce dernier point m'intéresse particulièrement, j'aimerais aller au Japon un jour, et je dois avouer qu'en tant que française et provençale, je me demande ce que je risque lol
    (je passe sous silence ton commentaire sur le sud :p)

    J'aime

  7. Lire cette article m'a rappelée l'an dernier quand je suis allée à Fukuoka pour quelques jours de vacances.
    Lorsque je suis allée dans la Fukuoka Tower un soir (pour avoir une vue panoramique de nuit) j'étais seule avec la jeune femme dans l’ascenseur qui m'expliquait en anglais un peu l'histoire de la tour (sa taille, date de construction etc…) et ensuite elle m'a demandée d'où je venais et quand j'ai dit « France », elle s'est émerveillée xD « sugooiiii » , etc…
    Et quand après j'ai ajouté que je venais de Paris c'était le pompom, elle en pouvait plus. C'était très gênant de la voir s'émerveiller comme ça mais bon vaut mieux ça que l'inverse, on va pas se plaindre non plus.

    J'aime

  8. J'ai vécu 1 an à Fukuoka en 2009 et j'ai toujours aimé dire que j'étais française et ainsi rompre le cliché du « tout étranger est américan ». Je me souviens encore du regard de petits vieux dans la campagne de Kyushu (vers Kurogi ou Kusu) me regarder avec grand étonnement et curiosité quand je leur disais Furansujin
    Et pour ce qui est de prendre le bus sans parler japonais c'est effectivement une épreuve, comme beaucoup de choses à Fukuoka quand on ne parle que quelques mots de japonais.. Mais je l'ai fait!

    J'aime

  9. J'ai toujours rêvé d'aller au Japon je ne sais pas si je pourrais y vivre c'est quand même une grande décision, il faut murement réfléchir mais en tout cas c'est sûr, j'aime le japon!
    Je me suis d'ailleurs souvent demander comment je serais perçu par nos amis nippons! Moi, la petite pile électrique française, vachement rondelette passant sa vie avec des étoiles dans les yeux et la banane aux lèvres (quand ce n'est pas le filet de bave, beaux garçon oblige…) Je me dis toujours qu'avec ma tête et ma dégaine, en apprenant ma nationalité je casserais le mythe!
    Mais attention, si ce n'est pas le cas je partirais à la chasse au japonais 😉

    J'aime

  10. Merci pour cet article interessant, en plus cela me rappelle une histoire un peu similaire qui m'est arrivee a l'epoque ou je vivais a Dalian dans le NE de la Chine. Dans la rue tous les chinois vous regardent de la tete aux pieds sans gene aucune (chose qui ne m'arrive pas au Japon), et tres souvent on me demande, en general avec un grand sourire: Are you american?
    Moi:no
    Are you English then?
    Moi: no
    Where are you from?
    Moi: I'm french
    En general mes interlocuteurs etaient surpris et interesse, sauf a deux reprises, ou apres avoir annonce que j'etais francais, le sourire de mon interlocuteur a disparu, ensuite disparissant aussi sec et sans rajouter un mot de plus, me plantant la comme cela dans la rue.

    J'aime

  11. Konnichiwa ! J'ai bien aimé ton article. Je voudrais habiter au Japon plus tard car j'adore ce pays. Mais en ce moment, j'ai vraiment de gros doutes. Je sais que dans ce beau pays, un étranger restera un étranger toute sa vie même s'il a acquis la nationalité japonaise à cause de la mentalité « uchi » et « soto ». Ainsi il est presque totalement impossible d'intégrer véritablement cette société.Et aussi, que la place d'une femme dans le monde du travail est beaucoup moins égalitaire qu'en France.
    Alors je voudrais savoir s'il est possible qu'une femme occidentale intègre la police japonaise.

    Ja ne !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s