Le printemps à Dazaifu

Un des endroits les plus touristiques de la région et que je n’ai pourtant encore jamais évoqué est Dazaifu (太宰府). J’y suis justement allée pour la 3ème fois il y a quelques jours.
Commune située à 15 km au sud-est de Fukuoka c’est une petite ville préservée avec une longue histoire. En effet, avant d’être transféré à Fukuoka, le pouvoir impérial de l’île de Kyûshû se trouvait à Dazaifu. Assez bien préservée et comptant de nombreux temples et sanctuaires, c’est une sorte de mini-Nikkô régional !
La ville est agréable à visiter tout au long de l’année : l’été pour sa fraîcheur et sa verdure, l’automne pour ses érables, l’hiver pour sa neige et le printemps pour ses floraisons. L’endroit est très réputé pour ses pruniers en fleurs (plus encore que les cerisiers) et la fin de l’hier / début du printemps est donc la meilleur saison, à mon sens, pour y aller.


Pour rejoindre Dazaifu, il faut prendre le train à la station Nishitetsu Tenjin (200Y de métro ou 100Y de bus depuis la gare JR de shinkansen Hakata). jusqu’à la gare Nishitetsu Futsukaichi. De là, changez pour la ligne Dazaifu. Le total coûte 390Y et cela prend de 25 à 40 minutes suivant le train (express ou non).

En sortant de la gare, on tombe sur la rue commerçante où l’on trouve boutiques de souvenirs plus ou moins traditionnels à tous les prix, des cafés, des stands de nourriture mais aussi un Starbucks, très connu dans la région pour son design original crée par l’architecte Kuma Kengo (隈 研吾). Il  tranche volontairement avec les anciennes bâtisses qui l’entoure.

En haut de la rue on arrive sur le plus gros sanctuaire de la ville, le Tenman-gû (天満宮). Dédié aux études et à l’amour, c’est énorme sanctuaire (plus de 10km2 !) est le passage obligé des étudiants avant leurs examens et des couples avant leur mariage. Très fréquenté, je vous conseille de le visiter tôt le matin, avant que la foule arrive. Tout le printemps, vous pourrez au sein du temple aller voir une exposition de pruniers-bonzaïs, profiter de petits stands de nourriture et jeux et regarder des mini-spectacles. Morceaux choisis. Il y a également plus de 6000 pruniers en fleur dés la mi-février.


En continuant on arrive sur le musée national de Kûshyû, ouvert en 2005. Vous ne pouvez pas le rater il s’agit du seul bâtiment moderne de la ville (très grand et très laid) et qui plus est en hauteur. Il qui offre une collection permanente et des expositions temporaires sur l’art de l’île. Les photos sont interdites.

En redescendant et en suivant cette rue bordée d’un petit canal, on arrive sur le Kômyôzen-ji, temple zen célèbre pour son jardin sec. Je ne sais pas si j’en avais déjà parlé mais j’adore les jardins secs. Je crois que c’est même ce que je préfère dans les temples. Il y a une atmosphère paisible si particulière, indescriptible, qu’il faut avoir vécu pour comprendre. Je pourrais rester des heures assise à en contempler. Je crois que tout cela vient de mon premier séjour au Japon où le jardin du Ryoan-ji  m’a tant marquée.

Pour en revenir au Kômyôzen-ji,  le temple étant un peu surélevé on peut admirer une magnifique vue sur la ville et les montages aux alentours. Son jardin intérieur couvert de mousse et où il y également un beau jardin sec est malheureusement fermé au public la plupart du temps mais on peut en admirer une partie depuis l’extérieur.

Pour finir ce petit tour, je vous propose deux bonnes adresses. Il faut absolument goûter aux énormes nikuman (brioches fourrées à la viande) tous chauds et délicieux de l’échoppe Yôukô no butaman (揚子江の豚まん) qui existe depuis plus de 50 ans. Attention, succès oblige, il y a souvent la queue ! Une brioche coûte 240Y (servie avec sauce et moutarde).

[googlemaps https://www.google.com/maps/embed?pb=!1m16!1m12!1m3!1d53224.58072984774!2d130.5276548!3d33.5134396!2m3!1f0!2f0!3f0!3m2!1i1024!2i768!4f13.1!2m1!1z5o-a5a2Q5rGf44Gu6LGa44G-44KTIOWkquWusOW6nA!5e0!3m2!1sfr!2sjp!4v1394641881626″ style= »border: 0; » width= »400″>

Pour le goûter, on choisira plutôt la spécialité de la ville, les umegae-mochi (梅ヶ枝餅). Ce sont des petits gâteaux faits à partir de pâte de riz (mochi) et fourrés à la pâte sucrée de haricots rouges. Le tout est soigneusement grillé et estampé d’une fleur de prunier (ume) en son dessus. On en trouve partout en ville mais les meilleurs sont à déguster au salon de thé Oishichaya (お石茶屋), tout près du Tenman-gu. Un gâteau vous coûtera pour 105Y, un thé matcha 490Y et du vin sucré maison 400Y.

Publicités

11 réflexions sur “Le printemps à Dazaifu

  1. Sympa, j'y étais en septembre dernier lorsque j'avais passé quelques jours à Fukuoka ! C'est vraiment un très bel endroit.

    Toujours aussi swag le taureau. En plus avec sa petite décoration sur le crâne il l'est encore plus. Héhé.

    Merci pour ces très belles photos, le Printemps est là !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s